Fil de lecture :

Article mis en ligne le 27/05/2015.

Campagne de depistage de la Maladie de Cushing

Le laboratoire Boehringer lance une campagne de dépistage de la maladie de cushing et à ce titre offre les frais d'analyse du dosage de l'ACTH, analyse la plus fiable et la plus simple pour le diagnostic de cette maladie. Vous trouverez dans le texte joint une présentation de cette affection qui handicape une grande partie de nos chevaux et poneys viellissants.Si vous pensez que votre animal peut être atteint, contactez nous afin de bénéficier du depistage gratuit.

La maladie de Cushing rebaptisée dysfonctionnement de la pars intermedia de la glande pituitaire est une maladie endocrinienne qui perturbe la production des hormones du cheval et du poney, ces derniers étant d'ailleurs prédisposés à la maladie. Cette maladie, longtemps sous diagnostiquée et mal connue a fait l'objet de recherches récentes qui ont permis de mieux comprendre son fonctionnement et surtout de pouvoir traiter les chevaux atteints en ralentissant l'évolution de la maladie et surtout en améliorant la qualité et la durée de la vie de nos vieux chevaux et poneys.

La DPIP est liée au vieillissement du cheval et les symptômes apparaissent surtout après 15 ans bien que quelques individus puissent être atteints plus précocement. Une étude récente montre que 14 % des chevaux de plus de 15 ans sont atteints. La résultante de ce dysfonctionnement est une production accrue d'hormones (ACTH, alpha MSH, beta endorphines) et une production accrue de cortisol qui est responsable de l'expression clinique de la DPIP avec la survenue de symptômes nombreux et variés.

Les symptômes

Les trois symptômes les plus courants et les plus faciles à identifier sont la fourbure, les anomalies du pelage et une modification de la morphologie avec une fonte musculaire associée à un amaigrissement. La fourbure se caractérise par des douleurs dans les pieds, dans la plupart des cas seuls les deux antérieurs sont touchés mais les quatre pieds peuvent être atteins. Le cheval est alors réticent à se déplacer, il est souvent couché et en position debout, il se campe pour reporter son poids vers l'arrière. Les anomalies du pelage sont variables : poils longs et bouclés (hirsutisme), retard de mue, mue partielle laissant des plages de poils longs à coté de plages de poils normaux (plutôt dans les phases précoces de la maladie). D'autres symptômes sont souvent attribués à tord au vieillissement du cheval :  léthargie (abattement, manque de vivacité),  baisse des performances, infections récidivantes (sinusites, abcès de pied), sudation excessive, baisse de l'appétit et augmentation de la quantité d'eau bue ( box anormalement souillé du à l'augmentation de la quantité d'urine émise).

Diagnostic

Le diagnostic repose sur le dosage d'une hormone plasmatique augmentant lors d'hyperactivité pituitaire, l'ACTH. Nous réalisons une simple prise de sang qui doit être rapidement acheminée au laboratoire. Il arrive que la valeur de l'ACTH soit dans une zone intermédiaire, on peut alors réaliser des tests secondaires pour préciser le diagnostic ou refaire le dosage d'ACTH quelques mois plus tard si la suspicion clinique est présente.

Traitement

La molécule utilisée pour le traitement de ces chevaux est le pergolide. Cette molécule, donnée à la dose de 2 à 10 µg/kg, se présente sous la forme d'un comprimé à donner chaque jour et pendant toute la vie du cheval ou du poney. Le pergolide est un dérivé de l'ergot de seigle employé pendant longtemps pour traiter la maladie de parkinson chez l'homme. Aux doses habituelles, quelques effets secondaires tels que une baisse légère et transitoire de l'appétit peuvent être notés. D'autres effets sont susceptibles d'apparaître tels que la léthargie, de discrets signes nerveux, des symptômes digestifs mais tous ces effets sont transitoires et disparaissent en quelques jours en diminuant la dose de pergolide qui sera ensuite ré augmentée progressivement. L'efficacité du traitement est jugée au bout de deux mois et se traduit par une vitalité augmentée, une amélioration de l'aspect du poil, une augmentation de la masse musculaire, une baisse du volume abdominal et une diminution du nombre d'épisodes de fourbure et d'infections secondaires. Un contrôle de l'ACTH est fortement conseillé tous les six mois afin d'adapter la dose nécessaire de pergolide.

Source : Tamzali Y. Actualisation de la démarche diagnostique et thérapeutique de la maladie de Cushing. Pratique Vétérinaire Équine. N°175.