Fil de lecture :

Article mis en ligne le 31/05/2015.

La castration chirurgicale

A l'exception de la castration chimique, la castration est un acte chirurgical qui consiste chez le mâle en l'ablation des deux testicules. Cette chirurgie peut être effectuée sur cheval debout ou couché, en décubitus latéral ou dorsal. Différentes techniques sont possibles, elles ont toutes des avantages et des inconvénients. Nous allons passer en revvue les techniques les plus courantes.

La Castration debout :

La castration debout présente le gros avantage d'éviter de pratiquer une anesthésie générale. Le cheval est seulement fortement tranquillisé avec un alpha 2 agoniste et un morphinique. Après désinfection chirurgicale du scrotum, les testicules sont anesthésiés localement en profondeur et superficiellement au niveau de la peau. La peau est incisée au niveau scrotale (en général 2 incisions, une par testicule sont réalisées, de part et d'autre du raphé médian).

Une fois cette étape réalisée, plusieurs options peuvent être retenues par le vétérinaire :

La castration fermée consiste seulement à libérer le testicule dans sa fibrosereuse, du tissu conjonctif qui l'entoure sans ouvrir la cavité vaginale. Une fois la dissection réalisée, l'émasculation est faite grâce à des pinces posées sur le cordon spermatique recouvert de la fibrosereuse. Le cordon est alors coupé sous la pince et la pince reste en place pendant  5 à 10 minutes. La pince est ensuite retirée : la castration est terminée.

La castration dite "ouverte" : dans cette technique une enveloppe supplémentaire entourant le testicule est incisée. Le testicule est libéré de la cavité vaginale et le ligament de la queue de l'épididyme est incisé. Cette incision permet de remonter la fibrosereuse et de poser la pince sur le conduit vasculaire et le conduit deferent uniquement.

Les ligatures

Une ligature peut être posée sur un cordon ouvert ou découvert. Cette ligature permet de diminuer le risque d'hémorragie mais peut augmenter le risque d'infection si une asepsie stricte n'est pas respectée.

Dans ces techniques les incisions scrotales sont laissées ouvertes: on parle alors de cicatrisation par deuxième intention. La cicatrisation complètre prends alors environ trois semaines.

Le choix d'une technique ouverte ou fermée dépend souvent de l'âge du cheval et donc de la taille des testicules et des cordons. En effet sur des chevaux jeunes avec des testicules de petites tailles, la technique fermée peut être préférée par le praticien car elle présente souvent moins de risque d'infection. Sur des chevaux plus âgés, avec des testicules plus gros, on préfére la technique ouverte qui permet de diminuer le risque d'hémorragie du cordon puisqu'une moins grande quantité de tissu est "écrasé" dans la pince, l'hémostase du cordon est donc de meilleur qualité.

La castration couchée :

Le choix entre la castration debout ou couché est souvent lié à deux paramètres : la caractère du cheval et sa taille : un cheval qui ne laisse pas palper les testicules sans tranquillisation présente trop de risque pour le vétérinaire et les poneys ou les ânes sont souvent trop petits pour permettre au vétérinaire de castrer debout. Les mêmes techniques que décrites precedemment pourront alors être réalisées mais en anesthesiant complètement le cheval. L'anesthésie doit se derouler sur un sol souple (champ, boxe capitonné) et dans un environnement dégagé afin de permettre un réveil sans risque. Une fois couché, le cheval est placé en décubituis latéral, le membre supérieur est ramené vers l'avant pour dégager la zone du scrotum.

Ces techniques de castration sans suture des plaies ne peuvent pas être réalisées en été car la présence de mouches augmente de facon importante le risque de contamination des plaies.

La castration avec suture des plaies

La castration avec suture des plaies doit obligatoirement être réalisée dans un environnement stérile c'est-à-dire en clinique dans une salle de chirurgie. La zone scrotale est désinfectée de facon chirurgicale, le chirurgien travaille de manière entierement stérile, ce qui est impossible durant une castration debout ou couché au champ. Cette technique bien que nécessitant une anesthesie générale présente de nombreux avantages  : risque infectieux diminué très fortement, moins de risque d'hémorragie, moins d'oedème post opératoire et temps de cicatrisation et de récupération considérablement réduit.

La castration sous laparoscopie

La laparoscopie ou coelioscopie est une technique de castration que l'on réserve en général aux chevaux cryptorchides (c'est-à-dire dont un testicule ou les deux sont restés dans l'abdomen) car elle permet de castrer ces chevaux sans avoir à ouvrir l'argement l'abdomen et sans anesthésie générale. La technique consiste à ligaturer la vascularisation et le conduit déférent. Que ce soit pour un cheval cryptorchide ou non, les testicules peuvent être laissées en place. Comme la castration avec suture des plaies, cette technique permet de reprendre rapidement le travail.

Plusieurs paramètres doivent donc être pris en considération pour déterminer la technique de castration la plus appropriée. Le choix de la technique devra être pris conjointement par le vétérinaire et le propriétaire du cheval. Le vétérinaire doit exposer tous les avantages et les inconvénients de chaque technique en fonction de l'âge du cheval, de ses antécédents et de son activité. Le propriétaire peut alors prendre une décision en toute connaissance. Dans la plupart des cliniques vétérinaires un consentement éclairé est fourni au propriétaire préalablement à l'intervention pour l'informer des techniques existantes et des risques.

Pour tout renseignement supplémentaire, n'hésitez pas à nous contacter.